Version Française L'Origine du Backgammon English Version

Accueil | Chronologie | Bibliographie | Galerie | Recherche | Liens | Contact ]

----------------------------

 

Correspondance de madame de Graffigny (Tome IV) - Graffigny, Françoise de 1743

(Lettre 520) à Devaux

Mercredi matin [6 février 1743]

Vois comme je t’en donne du soir et du matin, mon ami. C’est que Ragonde vient a la comedie avec nous, et que je ne pour[rai] trouver ce soir un moment a t’ecrire qu’au depend de mon someil et de ma fatigue. On vient de m’apporter ta lettre. je ne l’eus pas hier parce que le facteur est malade ; cela m’avoit un peu fachée, mais la voila. Je fais une croix sur la cheminée : comment, tu me dis une nouvelle ? cela est admirable. Je suis enchantée de l’aventure de Vulmont, tant pour lui que pour l’honneur de ceux qui l’ont placé là ; c’est en vérité le seul homme sensé de cette trempe. Je vais lui écrire.

Tu as beau dire à l’Abbé ce que le duc de Savoye disoit a je ne sais qui : le mot est effassé par le cachet, et quand il ne le seroit pas, je n’entendrois pas mieux cette savante citation. Oh, la belle chose que de lire l’Histoire Romaine ! Enfin donc, tu as beau dire et citer, nous ne t’envoyerons point de chanson. Outre que tu n’en fais point de cas, en quoi tu n’as pas tant de tort, c’est que tu les as avant nous. Tiens, en voila plein mon écritoire ! tu n’en auras pas la queu d’une.

Les etoffes que tu m’envoye sont a tout prix, depuis cinquante sols jusqu'a sept livres ; c’est qu’il y en a de coton et soye, de fleuret et soye, et de tout soye. « Devine si tu peux, et choisi si tu l’ose ». je crois que celle que tu m’envoye est de trois livres. En veux-tu ? si c’est pour toi, cela ne vaut rien en habit d’homme : le point echape. Il les faut tout de soye. Pour femme, cela dure assés.

Bonjour, je me porte assés bien ce matin. Je t’embrasse de tout mon cœur.

Je vais mett[r]e la belle robe blanche pour la première fois. Je crois que c’est cela qui m’enpeche d’etre malade : nous sommes toujours enfant. Au vray cela me rejouit. Quelle pitié ! je te les dis, toutes mes pitiés.

Non, indigne deserteur du plus beau jeu du monde, je ne sais ny ne veux savoir le toute-table20. Il ne tiendroit qu’a moi, car mes vielles le jouent tous les jours. Mais je suis fidelle a mes enciens amis, et a cause de cela j’embrasse bien for le Grand Frere et le Trompette.

 

----------------------------

 

NOTES

20 Devaux ; « Voila le Grand Frere avec qui je vais jouër au toute-table. Mais dites-moy donc si vous le scavez, ce jeu-là. Je vous assure qu’il vous amuseroit beaucoup plus que votre vieux et froid trictrac qui traine les ruës.» (XXII, 69.) Toute-table, s.m. : ce jeu est moins embarrassant que celui du trictrac, puisqu’on n’a pas toujours l’esprit appliqué à marquer des points ou des trous ; on le nomme le jeu de toute-table parce que pour le jouer chacun dispose ses dames en quatre parties ou quatre tas qu’il place différemment dans les quatre tables du trictrac ; on ne joue que deux à ce jeu ainsi qu’au trictrac et au reversis, et l’on peut prendre un conseil. (Encyclopédie.) Ce préambule est suivi d’une description détaillée des règles du jeu. Pour Me de Graffigny le « plus beau jeu du monde » est le trictrac.