Version Française L'Origine du Backgammon English Version

Accueil | Chronologie | Bibliographie | Galerie | Recherche | Liens | Contact ]

----------------------------

 

Liber Manualis - Dhuoda, 843

Incipit prologue

Prologue

Multis plura patent, mihi tamen latent, meae quoque similes, obscurato sensu, carent intellectu, si minus dicam, plus ego. Adest semper ille qui ora aperit mutorum et infantium linguas facit disertas. Quanquam in fragili sensu, inter dignas vivens indiguè, tamen genitrix tua, fili, ad te nunc meus sermo dirigitur manualis, ut, veluti tabularum lusus maximè juvenibus inter caeteras artium partes mundanas congruus et aptus constat ad tempus, vel certè inter aliquas ex parte in speculis mulierum demonstratio apparere soleat vultu, ut sordida extergant, exhibentesque nitida, suis in saeculo satagunt placere maritis, ita te opto ut, inter mundanas et seculares actionum frequenter legere, et ob memoriam mei velut in speculis atque tabulis joco, ut non negligas. Licet sint tibi multa adcrescentium librorum volumina, hoc opusculum meum tibi placeat frequenter legere, et cum adjutorio omnipotentis Dei utiliter valeas intelligere. Invenies in eo quidquid in brevi cognoscere malis ; invenies etiam et speculum in quo salutem animae tuae indubitanter possis conspicere, ut non solum saeculo, sed Ei per omnia possis placere qui te formavit ex limo : quod tibi per omnia necesse est, fili, ut in utroque negotio talis te exhibeas, qualiter possis utilis esse saeculo, et Deo per omnia placere valeas semper. Sunt mihi curae multae, ad te, o fili Willelme, verba dirigens salutis, inter quas ardens et vigil meus aestuat animus ut tibi de tua, auxiliante Deo, nativatate, in hoc codice libelli ex meo desiderio habeas conscriptum, sicut in sequentibus est utiliter praeordinatum.

Beaucoup de gens ont des connaissances dont je suis privée, moi et les femmes qui me ressemblent. Mais Celui qui ouvre la bouche des muets et qui fait parler les enfants m’est toujours présent. Malgré la faiblesse de mon intelligence, je t’adresse ce Manuel. De même que le jeu des tables est le plus brillant des arts mondains pour un jeune homme ; de même que le miroir d’une femme lui montre ce qui doit disparaître de son visage et ce qu’elle doit y laisser voir pour plaire à son époux ; ainsi je désire qu’au milieu du tourbillon du monde et du siècle, tu lises fréquemment mon livre. Fais-le en souvenir de moi, aussi souvent qu’on se regarde dans un miroir ou qu’on joue aux tables. Fais-le, quel que soit le nombre croissant de tes autres livres, et avec l’aide de Dieu comprends-le. Tu y trouveras aussi un miroir où tu pourras considérer le salut de ton âme, afin de plaire non seulement au siècle, mais encore à Celui qui t’a formé du limon. Au milieu des soucis qui m’accablent, Ô mon fils Guillaume, je t’adresse des paroles de salut, et mon cœur désire ardemment que tu lises ce qui a rapport à la naissance. Tu le trouveras au début de ce qui suit.