Version Française L'Origine du Backgammon English Version

Accueil | Chronologie | Bibliographie | Galerie | Recherche | Liens | Contact ]

----------------------------

 

Bonus Socius - 1275

Au 13ème siècle, en s'inspirant des compositions arabes antérieures, un auteur anonyme (lombard ?) compose en latin le premier traité occidental sur les jeux d'échecs, de merelles et de tables sous le pseudonyme Bonus Socius ('ego bonus socius', "Moi, le Bon Compagnon").

Bibliothèque Nationale de Florence, Banco dei Rari 241 :
Ce manuscrit contient 11 positions du jeu de tables sur 7 feuillets (ff. 112-118). On y retrouve les variantes de barail, imperial, minoret et testa.

Banco dei Rari 241





« Istud partitum optimum sed difficilimum ad plenum. Doceri non potest. Potius usu ludo est optativis in tribus taxillis. Ludet quelibet pars cum 14. Nigre 12 stant in sua domo et albe 12 in sua domo. Vn oportet que due nigre vedurantet ad suas et due albe ad suas. Qui primo trahit melius per totum ht faciendo cum duabis cinc quater as et ligando. Alter descendet paulats cum amesas el terz. lj idem faciet qui primo traxit cauendo sibi ne duas nudas faciat quod tunc alia pars ivet cum una domo suis et posset acquire. Sed dato que interdiratet ne primus tractus siat cinc quater as ut perdixi tunc que primo trahunt detius lunt lurvavet tn de non experto faciendo amesas cum duabis extrinsecis et unum as in domo ille forsan faciet illud quod tu tunc suas denuddire in domo duas tabulas quod una sit in cinc ul in sis arqurus si ipen denudet duas que tu cum una dua extrinseca cooperis una et alia trahassi tunc percuciat tuas extrinsecan. non potit os coopire tu tapies cum arquies. si non post tuum primum tactum suas duas extrinsecas faciendo punctum in suis sines ul si in tuis sines faciat punctum tunc sili perdet quod tu paulati ludes cum amesas el terz. unam sep omiittendo in sis ur qn nelis cum extrinsecas lude illa coopias.
Istum ludum nunquam perftem scies non experimento. Et li non que unus non q pellitur facere quicquid alter facit sicur in quibuldan alii ludis optativis quilit cum facit. tribus taxillis quicquid ci placet. »

« Cette partie est excellente mais est très difficile. On ne peut guère l'enseigner, mais il faut plutôt l'apprendre par la pratique. Le jeu est de souhait à 3 dés et se joue avec quatorze pions de chaque côté. Douze pions noirs sont dans leur maison et douze blancs dans la leur. Par conséquent, il faut que les deux noirs retrouvent les leurs et les deux blancs de même. Celui qui se déplace en premier a l'avantage s'il joue ses deux pions avec 5-4-1 et s'il se protège ; l'autre va descendre un peu avec 1-1-1. Celui qui s'est déplacé en premier en fait de même, en faisant attention de ne pas laisser ses deux pions isolés, parce que son adversaire avancerait avec les siens et serait capable de gagner du terrain. Mais si dans son premier déplacement le 5-4-1 n'est pas protégé, comme je l'ai dit, alors ceux ce qui ont à se déplacer seraient en mauvaise position. Il serait toutefois avantageux pour celui qui n'est pas expert de faire 1-1 avec ses deux pions et 1 dans sa maison. L'adversaire fera de même ; mais alors, si vous savez comment donner deux pions dans la case où un pion est en 5 et un autre en 6, vous aurez l'avantage. S'il laisse des pions isolés, vous frapperez avec l'un de vos pions extérieurs : vous en déplacerez deux. Si alors il prend l'un de vos pions extérieurs, il ne pourra pas tout récupérer et vous le frapperez et vous gagnerez du terrain. Mais s'il ne déplace pas ses deux pions extérieurs après son premier déplacement, faisant une case en 12, il perdra parce que vous jouerez progressivement avec 1-1-1, en envoyant toujours un en 6 car lorsqu'il voudra jouer ses pions intérieurs vous le frapperez.
Ce jeu ne sera jamais connu sans la pratique. C'est parce que l'on n'est pas obligé de faire ce que l'adversaire fait comme dans la plupart des autres jeux "par souhait". Chacun fait avec les trois dés ce qu'il veut. »

    Dans son article "The Mediæval Game of Tables" (Medium Ævum vol. X n°2 [1941]), H.J.R. Murray a traduit en anglais certains termes que j'ai traduits à mon tour en français :

  • barra sb. la barre. Exire ultra barram (fol. 117v), traverser la barre.

  • cooperire c. (fol. 117v), couvrir, placer un 2ème pion sur une case déjà occupée par un pion du même camp.

  • domus, le jan intérieur d'où un joueur sort ses pions.

  • extra (fol. 117v), en dehors du jan intérieur.

  • fallum, perdere ad (fol. 117v), perdre la partie par le fait d'être incapable de jouer ses dés.

  • firmare punctum (fol. 113v), tenir une case en y empilant ses pions.

  • optare v. (ff. 112v and 113v), choisir les dés.

  • partita, un problème

  • posta, ad postam, invitare, ad invitum, problème pour lequel aucune explication n'est donnée sans doute car les règles sont comprises.

  • punctum, facere punctum (fol. 116v), tenir une case en y empilant ses pions.

  • solus sb. (fol. 117v), un pion isolé ou blot.

BNF Ms latin 10286 (anciennement 7390) :
Cette copie du 14ème siècle signée 'N. de N.' (f° 3r) aurait appartenu à Charles d'Orléans (annotations dans les marges). Les 24 feuillets (ff. 149-172) contenant 48 parties de tables sont consultables sur Gallica et commencent par :

BNF Ms latin 10286 f°149r





« Hec sunt partita tabularum et quia dupliciter fiunt scilicet optando cum lingua et proiciendo taxilos, primo dicitur de optativis id est illis que optantur sive petuntur cum ore. Et est istud partitum tale: dicit ille qui habet auream tabulam ista aurea tabula debet elevari in punctis quia ibi est sua domus et rubea econtrario scilicet ubi stat aurea. et luditur in duobus taxillis pete primo vel ego petam et scire debes quod illa que stat deforis scilicet rubea perdit sive primo trahat sive non: quia si primo trahat percutit auream per sines et aurea percutit eam faciendo sines et vincit ut statim vides. si aurea primo trahat percutit rubeam per sines et rubea percutit illam quia melius non habet. tunc aurea faciet iiii as et vincet ut videbis. »

« Voici les parties de tables qui sont jouées de 2 manières, à savoir soit "par souhait", soit en jetant les dés. La première manière se joue en annonçant oralement les dés comme cette première partie. Celui qui a le pion doré dit : Ce pion doit être sorti à partir des points [sur les cases 19 à 24], car c’est son jan intérieur, et le pion rouge [fait] le contraire, à savoir à partir de l'endroit où se trouve le pion doré. Cette partie se joue avec 2 dés [sans plus]. Annonce le premier ou j'annonce. Tu dois savoir que celui qui est dehors, c'est-à-dire le joueur rouge, perd le jeu qu'il commence ou non. Car s'il commence, il frappe le pion doré avec 6-6 et le pion doré le frappe à son tour avec 6-6 et gagne comme tu peux le constater. Si le pion doré commence, il frappe avec 6-6 le pion rouge qui le frappera à son tour car il ne peut mieux faire. Alors le pion doré fait 4-1 et gagnera, comme tu pourras le constater. »

Au début du 14ème siècle, le Bonus Socius a fait l'objet de plusieurs traductions françaises (dialecte picard).

BNF Ms fr. 1173 (anciennement 7391) :
Le Gieu des eskès, les partures de taules et le gieu des merelles est signée 'Nicoles de St Nicholas' (f° 2r).

BNF Ms fr. 1173 f°203

Les 24 feuillets (ff. 180-203) contenant 48 parties de tables sont consultables sur Gallica et commencent par : Chi commenc[h]ent les partures de[s] taules et por ce ke [on] en puet juer en .ij. manières c'est asavoir par souhaidier de la langue et par gietter les dés, premiers dirons de celes à souhaidier, et est ceste parture tele, ke taule doit estre eslevée ens es poins. Et li taule rouge est eslevée ou taulier où celé d'or est..., et finissent par une partie que l'on retrouve aussi dans BNF Ms latin 10286 f.171v :

BNF Ms fr. 1173 f°203v





« Ches partures sont faites alesiées ceus des taules. Et sont faites les unes de .ii. dés et les autres de .iii. Les unes sont juees de souhaide. Si comme li hom sans dés souhaide chou qu'il veut. Et chis premiers gieus est de buffe en .ii. des. Les rouges vont devant et celes d'or les suient. et est maisons de chascune partie li point sont fait et sont toutes celes d'or asseurées. aucun croient keles puissent aler avec les rouges encloses et desleueront li sienes en reponant celes d'or. Tu rechoives anchois celes d'or, et en envoies .ii. por une ; car encontenant lues que tu commenceras celi trespasser des siues asseurées, il sera confus si que tu le verras. »

« Ces parties sont faites largement de jeux de tables. Les unes sont jouées à 2 dés et les autres à 3 dés. Les unes sont de souhait. Si on joue sans dés, on annonce ce qu'on veut. Et ce premier jeu est de Buffe en 2 dés. Les pions rouges avancent et les pions dorés les suivent jusqu'à leurs jans intérieurs en 19-24. Tous les pions blancs sont en sécurité. Personne ne croit que les pions dorés puissent suivre les pions rouges empilés, se repositionner et sortir. Cependant tu dois accepter les pions dorés et tu déplaces 2 pions au lieu d'1 car aussitôt que tu commenceras à transpercer ses pions les tiens seront en sécurité. Il sera si confus comment tu l'observeras. »

BNF Ms fr. 1999 (anciennement 7918) :
Livret des divers jeux partis du tablier, manuscrit ayant appartenu à Charles V. Les 17 feuillets (ff. 118-134) contenant 34 parties de tables sont consultables sur Gallica et commencent par : Jà sont les partures des tables; et pour ce que elles sont faites en deux manières, c'est assavoir par souhait de la langue et en jetant les dez, nous dirons premiers de celles qui sont faites par souhait, ou par petition de la bouche..., et finissent par une partie que l'on retrouve aussi dans BNF Ms latin 10286 f.166v :

BNF Ms fr. 1999 f°134v






A                                                 +    

« Ceste parture est de souhait en iii dez; et doivent toutes estre ramenées en a, en faisant une meisme chose. A tous traiz l'en demande premier vi, v, iiii, en traiant toutes en la crois; après, vi, v,iiii, de toutes; au dernier, vi, v, iiii ; et viennent toutes en a, si com tu pourras veoir. »

« Cette parte est de souhait en 3 dés. Tous les pions doivent être ramenés en A, avec les mêmes dés. On demande en premier 6-5-4 pour les déplacer sur la croix. Puis 6-5-4 et enfin 6-5-4. Ils sont tous en A, comme tu peux le voir. »

Ms H. 279 (Montpellier) :
Li Livres Bakot, l’Explicit des partures de tables contient 48 parties de tables sur 25 feuillets (ff. 90-114).

Pierpont Morgan Library. Manuscript. M.108. (aussi appelé Fountaine Ms) :
Les 22 feuillets (ff. 147-168) contenant 44 parties de tables (le feuillet 146 qui contenait les 2 premières parties est manquant) commencent par une partie que l'on retrouve aussi dans BNF Ms latin 10286 f.150v :

Pierpont Morgan Library. M.108 f°147r





« Cis gius est de le tiest[e] et souhaidans en .iij. des et dient celles dor que elles leueront toutes deuant che que les rouges soient hors cest en A. et traient chilles dor premers et les rouges seront che meisme que celles dor et se les rouges le perdent aucun point quelles ne puissent toudis faire tout le giu al dor le uollent perdre tu auoec celles dor le fai .du. et as. et leaieme de un quaerne il fera un quaerne deus et as et tu deus et ambes .as. enferant les sienes atout le trait et il cece meisme. hoste lune en ferant lune des sienes et fai deus et ambes .as. et il ce meisme tu feras le siene par deus et laut[r]e feras en fasant ambes as et en desleueras une et en uiant ensi tu poras ueoir coument tu les elleueras toutes deuant que nulles des rouges pinstissir et leuenteras. »

« Ce jeu est de Teste en annonçant 3 dés. Le joueur des pions dorés dit qu'il sortira tous ses pions avant que les pions rouges n'arrivent en A. Le joueur des pions dorés commence et celui des pions rouges joue les mêmes dés. Les rouges n'auront jamais à parcourir tout le plateau s'ils sont frappés contrairement aux pions dorés. Tu as les pions dorés et tu annonces 2-1 [pour frapper les 2 pions rouges] et tu recouvres avec un 4. Il fera 4-2-1 [et entrera sur les cases 1 et 4] et toi 2-1-1 pour frapper les siens. Il fera de même : il en garde un et en entre un [en case 2]. Tu fais 2-1-1 avec un pion qui frappera son pion puis sortira avec 1-1. Et en faisant ainsi tu pourras voir comment tu les sortiras tous avant qu'aucun des rouges ne passe la barre. »